Chrystelle : la run attitude

Sur le précédent blog nous avions une galerie de portraits de sportifs, des sportifs qui nous inspirent par leur caractère, leur détermination et leurs performances.  Alors nous avons décidé même si ces portraits datent de 2016 de les partager à nouveau.

Le premier des ces portraits concernait Chrystelle runneuse parisienne et pas seulement ! Nous avons fait connaissance avec elle lors des sessions running Courir pour le plaisir du super coach Benoît César. Attention concentré d’énergie, de sourire et de bonne humeur ! Chrystelle ne court jamais seule, Justice son époux et Cyril leur fils sont souvent de la partie, elle participe aussi aux sessions running  organisées un peu partout dans la capitale. Chers lecteurs et lectrices , si vous hésitiez à vous mettre au running, ce portait risque de lever vos dernières réticences !>>

 Salut Chrystelle ! comment as-tu découvert le running ?
Le cross de rentrée au lycée, un vrai cauchemar … puis une tentative vers 2010, quelques tours de piste deux samedis de suite et puis rien. Jusqu’à ce que j’achète des chaussures de running lors d’un voyage aux USA, au retour il a bien fallu en faire quelque chose … la première sortie fut laborieuse, j’ai eu mal aux genoux mais très vite envie d’y retourner.

Les sneakers peuvent parfois nous donner des ailes ! Je crois que j’ai plus de paires de baskets que de chaussures de ville… Le running quand est-ce que c’est devenu addictif?
Tout de suite, j’ai commencé à courir en septembre 2013 et en décembre j’étais inscrite à ma première course « Courir pour le plaisir » de Benoît César avec mon mari et mon fils. C’est la première fois de ma vie que je participais à une compétition sportive. J’étais heureuse de l’avoir faite en moins d’une heure (58’58) et je ressentais un vrai bien-être.
En 2014, j’ai participé à 12 courses, en 2015, 16 et en 2016, j’en suis à 8 et je suis déjà inscrite à 7 d’ici la fin de l’année .

As-tu toujours été sportive ? quels sports as-tu pratiqués ou pratiques-tu d’autres sports ?
Ma prof d’EPS de mes années collège m’a dégoûtée du sport, je me suis même faite exemptée au bac tellement cette matière me terrorisait. Puis  en 2006 une amie m’a proposée de m’inscrire dans un club communal qui proposait différentes activités de fitness, il est clair que j’ai vite préféré tout ce qui était cardio  (step, cardioboxe, LIA, Bodyattack, Gym to …) aux cours statiques (abdos fessiers, Bodysculpt etc.) Je suis restée dans ce club pendant 10 ans mais cette année  je ne renouvellerai pas mon adhésion, le running ayant pris plus de place, je n’ai pas le temps d’allier les deux.

 Qu’est-ce que ça t’apporte ?
Du bien-être évidemment (les fameuses endorphines) et surtout l’idée qu’on n’a pas le droit au laisser-aller, j’ai dû lutter contre la prise de poids plusieurs fois et le fait de courir me permet de stabiliser ou de me reprendre vite avant que ça dérape. On perd vite du plaisir à courir avec des kilos en trop et adieu les compétitions.
Et puis de belles rencontres, de belles amitiés. On souffre ensemble, on a une passion en commun, on se retrouve régulièrement pour s’entraîner ou dans des compétitions, ça crée des liens.

Comment préfères-tu t’entraîner, seule ? en groupe ?
Au tout début je courais seule et puis je me suis vite ennuyée surtout que je n’aime pas courir en musique. Alors maintenant c’est en groupe ou/et en famille, l’avantage du groupe pour moi c’est que j’y vais en couple – parfois en famille quand mon fils a envie – et que chacun y trouve sa place, n’ayant pas le même niveau que mon mari et mon fils.
Partager une passion au sein de la famille c’est vraiment chouette.

Comment tu t’entraînes en terme de fréquence et de contenu ?
Je m’entraîne 4 voire 5 fois par semaine quand je n’arrive pas à renoncer à une sortie sympa. J’essaie de préserver mes lundis et vendredis. Mais je ne fais pas que courir, je fais de la PPG (préparation physique générale), de la corde à sauter, du fitness quand les occasions se présentent , et je me force à faire du yoga de temps en temps parce que je sais que c’est bien … mais ce n’est vraiment pas ce qui me plaît. J’essaie de trouver un équilibre dans mes séances (1 fractionné, 1 sortie longue, 1 PPG et le reste en fonction de l’offre).

Est-ce que tu utilises un cardiofréquencemètre pour tes entrainements et tes courses ?
Oui j’ai une montre Gamin avec cardio intégré, j’utilise le cardio pendant les compétitions, cela me permet de voir s’il faut que je ralentisse ou pas et surtout de comprendre pourquoi parfois je suis au bord du malaise quand j’essaie de sprinter.                                                                                                                                               

Quelles sont tes prochaines échéances de compétition?
Le 13 aout je cours le Lululemon Seawheeze half marathon de Vancouver, à la rentrée j’enchaîne 5 courses en 5 semaines (La Parisienne, La Noctambule, Paris-Versailles, le 10km Paris-Centre et le 20km de Paris) … je n’ai pas réussi à faire de choix. Mais ce n’est pas grave car franchement je ne suis pas compétitrice, les chronos je m’en moque. Certains penseront que je privilégie la quantité à la performance… oui j’assume. Même si j’aime bien battre mon record personnel et même si c’est à chaque fois un objectif, si je ne l’atteins pas je reste toujours aussi motivée pour la prochaine course.

La course à pied est un sport dans lequel, on peut vite souffrir de petites blessures qui peuvent devenir très handicapantes, as-tu déjà fait cette douloureuse expérience et comment l’as-tu géré ?
Oui , claquage, tendinite, contracture, ongles noirs … comme tous les coureurs. Depuis 1 an j’ai des semelles orthopédiques et depuis plus aucune blessure mais je fais attention en ne forçant pas trop lorsque j’ai une petite gêne quelque part. Pour moi devoir m’arrêter de courir est synonyme de mini-déprime : je n’aime pas la natation (trop frileuse), pas trop le vélo (sauf en balade) et de moins en moins le sport en salle.

As-tu un rêve ! un but ultime ou est-ce que tu vis ta pratique au jour le jour sans trop te poser de questions ?
Réellement je pense que mon but est vraiment de prendre plaisir : courir avec mon mari, avec les amis de longue date, avec les copains et copines rencontrées au fil des séances et des courses et puis pouvoir allier voyages et running. Ainsi de plus en plus lors de nos week-end ou vacances, j’essaie de trouver une course,  j’ai pu courir le semi-marathon de New-York en avril dernier, un 5km à Chicago en août 2015, le 10km de Valence en novembre 2015, un 10km à Madrid le 31 décembre2015, 3 années de suite le 10km de Londres en juillet.

Tes distances préférées  ?
Adepte des 10 km au début j’ai couru mon premier 20km en octobre 2015 soit 2 ans après avoir commencé à courir.  Le marathon ? Un jour on verra si j’ai envie et si je suis prête à digérer une préparation qui me permette de le vivre au mieux. Une chose est sûre c’est que je ne souhaite pas jouer dans la surenchère vis à vis des copains ou même de moi-même, je connais mes limites je souhaite continuer à courir longtemps et pour le plaisir avant tout alors les courses extrêmes très peu pour moi.

As-tu une recette pour être toujours aussi pleine de punch ?
Pouvoir allier le sport au quotidien est une chance et un sacré plus pour  être équilibré. Je me suis rendue compte que j’étais beaucoup moins fatiguée depuis que je fais du sport, j’ai gagné en tonicité … et en bonne humeur aussi je crois… Les sorties en groupe sont une réelle source de motivation : sans ces rendez-vous j’aurais renoncé c’est sûr, car il faut toujours se faire violence pour enfiler sa tenue de sport mais on ne regrette jamais !

Alors quels sont les records personnels à tenter de battre sur les prochaines courses ?
10Km 54’39 en juin 2016 (10km pour Elles) et  semi-marathon de Paris en avril 2016 2h06’39 mais je ne me fais d’illusions, je suis plus endurante que rapide… je manque « d’explosivité » comme disent certains.

On surveillera tes chronos ! Dernière question , quelles sont tes sessions running préférées à Paris ?
Je cours régulièrement avec le Nike Running Club, j’aime beaucoup Urban Challenge mais c’est surtout au gré des opportunités  et des soirées spéciales des marques ou magasins de sport, je participe aussi régulièrement à des testings de produits, et aux entraînements liés aux courses auxquelles je suis inscrite.

A l’époque de l’article c’était un peu confidentiel alors nous n’en avions pas parlé mais depuis je crois que Chrystelle est Marathon Finisher, j’en ai même la preuve en photo !  Bravo Chrystelle !

17523163_10211654452109798_6108321499875671655_n


Laisser un commentaire