L’automesure, un nouveau sport ?

 Battements de cœur par minutes, nombre de kilomètres parcourus, 12 000 pas par jours, nombre de calories dépensées, et j’en passe…Mesurer ses efforts à l’aide d’objets connectés est devenu une pratique courante et cela vire parfois à l’obsession.

Combien de fois nous retrouvons-nous aux Ateliers avec des élèves qui arrivent à leur training paré.e.s de la dernière montre connectée ou d’un téléphone fixé à l’avant bras. Qui n’a pas un.e ami.e dans son entourage qui aussitôt son training terminé, se rue sur ses statistiques et les publie illico presto sur Facebook ? Moi-même je suis équipée d’une montre connectée que j’utilise volontiers pour mes sorties running et même d’une appli mobile qui compte mes pas !!

Cette folie pour le Quantified Self (automesure in french) nous vient des États-Unis. Outre atlantique un américain sur deux possède une objet connecté et on estime à 23% la proportion de français possédant au moins un objet connecté, dans plus de 60% des cas il s’agit d’un objet lié au fitness, un marché prometteur !

Alors posséder un objet connecté pour sa pratique sportive est-ce vraiment utile ? Et bien aux Ateliers nous pensons que oui et non…

Oui dans la mesure où l’on utilise un cardiofréquencemètre, qui permet, pour les personnes qui cherchent par exemple à perdre du poids, de travailler dans les bonnes fréquences (celles qui permettent de bruler des graisses), cela nécessite un apprentissage des différentes filières que nous dispensons volontiers. Pour les personnes qui se mettent à la course à pied ou au vélo, c’est également intéressant dès lors qu’elles désirent progresser dans leurs allures. Savoir combien de calories on a brulé ou quelle distance on a parcouru c’est un plus mais ce n’est pas forcément indispensable et puis ça peut vite devenir « tyrannique » comme système…

En effet, le risque avec les objets connectés c’est de vouloir faire toujours plus, toujours plus fort. Alors vous me direz, c’est l’objectif, c’est bien non ? Et bien non pas toujours… Vouloir brûler toujours plus de calories, veiller à en ingérer le moins possible, vouloir courir toujours plus loin, toujours plus vite dès demain, exploser les compteurs ! C’est bien oui, à condition de comprendre au moins dans les grandes lignes le fonctionnement de la bête ! Oui, vous ! Votre fonctionnement, votre métabolisme, comment sa se passe à l’intérieur et de savoir quelles peuvent être les conséquences d’une activité physique non  raisonnée sur votre santé.

Alors les objets connectés pour l’activité physique, oui, mais avec l’apprentissage qui va avec. Vous allez dire, les coach prêchent pour leur paroisse, et bien je vous assure que non, aux Ateliers du corps nous pensons vraiment qu’à partir du moment où l’on investit dans un objet connecté en vue d’un usage sportif, une petite formation s’impose, davantage axée sur les grands principes de l’entrainement et les mécanismes d’adaptation physiologique à l’effort que sur le fonctionnement dudit appareil…dont le mode d’emploi est bien fourni !!   😆

Laisser un commentaire